MISSION PAROISSIALE

Samedi 23 decembre de 14h30 a 17h

Mission paroissiale de Noël. Accueil dans l’église, prière… Merci d’inscrire votre disponibilité.

 
PDF Imprimer Envoyer

Se préparer au mariage

 

Mariage

L’Église prend au sérieux votre demande, car elle ne doute pas de l’importance que vous accordez à votre vie, et elle sait d’expérience que le mariage, c’est sérieux.
 
Elle se met résolument du côté de la vérité de l’amour, pour qu’il porte du fruit.
 
Avec Jésus, elle dit à tous les hommes que ‘‘rien n’est impossible à Dieu.’’ 
 
Avec Jésus, elle sait que ‘‘l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit qui nous fut donné.’’ 
 
Se préparer au mariage, ce n’est pas recevoir des recettes ‘‘pour que ça marche’’, mais découvrir le Père qui nous aime, le Fils qui nous sauve, l’Esprit Saint qui nous sanctifie, pour que nous aimions ‘‘en acte et en vérité’’.
 

 

 

Nous vous proposons :

  • de rencontrer un prêtre ou un diacre qui vous suivra pendant ce temps de préparation ;
  • de venir à trois rencontres avec d’autres fiancés, des personnes mariées et le père Matthieu Rougé ;
  • d’être accompagnés par un couple « parrain » qui, vivant lui-même le sacrement de mariage, pourra approfondir avec vous les questions que vous désirez aborder plus particulièrement.
Il importe de révéler aux couples ce mystère du Salut à l’intérieur duquel leur histoire peut être dite puisqu’elle y est vécue. Croire à l’Esprit qui conduit leur vie, percevoir en leurs débats la présence miséricordieuse et fidèle du Christ, donne le courage et la joie d’invoquer l’impossible de Dieu.
Albert Chapelle, s.j.

 

 

En pratique

Pour vous inscrire à la préparation au mariage : venir le samedi de 10h30 à 12h : un couple vous recevra dans l’église (se renseigner à l'accueil) ou dans le cas il est vraiment impossible d’être le samedi matin, venir au bureau d’accueil des prêtres à droite en entrant dans l’église du lundi au samedi de 17h à 19h, le mardi de 17h à 21h.

Dans la mesure du possible, il est préférable que les deux fiancés viennent ensemble. Mais mieux vaut qu’un seul vienne plutôt que de retarder la démarche.

Venir six mois avant le mariage, c’est bien ; Venir un an avant, c’est judicieux.

 

 

Le mariage de Tobie

Tobie 8, 5-10
tobie
Le soir de son mariage, Tobie dit à Sara : « Nous sommes les descendants d’un peuple de saints et nous ne pouvons pas nous unir comme des païens qui ne connaissent pas Dieu ». Ils se levèrent tous les deux et se mirent à prier ensemble avec ferveur. Ils demandaient à Dieu sa protection. Tobie disait : « Seigneur, Dieu de nos pères, que le ciel et la terre te bénissent, ainsi que la mer, les sources, les fleuves et toutes les créatures qui s’y trouvent. C’est toi qui as fait Adam avec la glaise du sol et qui lui as donné Eve pour l’aider. Et maintenant, Seigneur, tu le sais : si j’épouse cette fille d’Israël, ce n’est pas pour satisfaire mes passions mais seulement par désir de fonder une famille qui bénira ton nom dans la suite des siècles ». Sara dit à son tour : « Prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous ; puissions-nous vivre heureux jusqu’à notre vieillesse tous les deux ensemble ».

 

 

Dans la famille, les époux se choisissent librement et s’engagent l’un envers l’autre de manière définitive. Ils acceptent, par avance, de vivre ensemble les imprévus de l’avenir. Ils souhaitent donner chair à cet avenir par les enfants qu’ils auront. Ce pacte fondateur est un pacte d’alliance.
 
C’est un pacte définitif. Sa solidité, son indissolubilité sont le socle sur lequel se développe une relation d’amour qui s’appuie sur la confiance mutuelle. Les enfants y font le premier apprentissage des relations sociales en reconnaissant l’autre dans la confiance. Il ne peut pas y avoir de relations sociales harmonieuses et pacifiques, là où il n’y a pas eu l’initiation familiale à des relations gratuites et assurées par-delà les qualités particulières de chacun.

Mgr André VINGT-TROIS, Archevêque de Paris.