MISSION PAROISSIALE

Samedi 23 decembre de 14h30 a 17h

Mission paroissiale de Noël. Accueil dans l’église, prière… Merci d’inscrire votre disponibilité.

 
PDF Imprimer Envoyer

Communier

 

Eucharistie dans le désert

Des baptisés participent à la messe sans pouvoir communier : des personnes qui n’ont pas fait leur première communion, d’autres qui ne se sont pas confessées depuis plus d’un an, d’autres dont la situation personnelle est objectivement contraire à l’Évangile sur un point important.
 
Dans l’attente de pouvoir rentrer à nouveau dans la plénitude de la grâce de Dieu, ce petit passage de l’Évangile peut éclairer : « N’empêchez pas les enfants de venir à moi. Celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. Et Jésus serrait dans ses bras les petits enfants et les bénissait en leur imposant les mains ». (Marc 10, 14, 16)

Qu’est-ce qui nous est demandé ? De croire de toute notre âme que Dieu notre Père est bon. De croire de toute notre âme que le chemin qu’il nous montre par le Christ et l’Esprit est juste et bon.

De faire confiance éperdument à Dieu qui nous aime et qui s’est livré en son Christ pour notre salut, pour mon salut. D’avoir cette attitude d’absolue confiance qui est le propre de l’enfant.

Et Jésus prend les enfants dans ses bras et leur impose les mains. Derrière le geste de l’imposition des mains, il y a toujours, dans l’Écriture, suggéré le don de l’Esprit Saint.

Qui que vous soyez, laissez le Seigneur Jésus vous prendre dans ses bras.

Si vous ne pouvez pas communier parce qu’un obstacle vous en empêche pour le moment, laissez cependant le Christ vous prendre dans ses bras.

Approchez-vous dans la procession de communion, les bras croisés sur les épaules pour exprimer votre accord avec Jésus et l’Église sur ce qu’ils nous demandent, votre volonté de conversion, votre amour pour Jésus et l’Église et pour recevoir, non le Corps du Seigneur, mais cette petite croix de bénédiction qui vous dit que l’Église vous porte en votre chemin.

Ceux qui donnent la communion, les ministres ordonnés, bien sûr, mais aussi les laïcs qui les aident, au nom de la charge qui leur est confiée, bénissent d’une croix sur le front ceux qui s’approchent les bras croisés sur les épaules.

 

 

Savez-vous qu’à tout âge on peut faire sa première communion ?

Bien sûr, lorsqu’un enfant va au catéchisme, il lui est proposé de communier pour la première fois au cours de l’une de ces années. Mais l’itinéraire de chacun est ce qu’il est. Un enfant peut, alors qu’il n’a pas eu l’occasion de faire sa première communion, découvrir le Seigneur Jésus, devenu adolescent ou adulte. Parfois, c’est au cours de la préparation au mariage que des fiancés demandent à ‘‘être admis à l’Eucharistie’’ selon la formule de l’Église. Parfois, c’est un détour inattendu du chemin de la vie. Parfois, c’est en accompagnant son propre enfant dans sa démarche de foi...

« Dans l’Eucharistie, nous avons Jésus, nous avons son sacrifice rédempteur, nous avons sa résurrection, nous avons le don de l’Esprit Saint, nous avons l’adoration, l’obéissance et l’amour envers le Père. Si nous négligions l’Eucharistie, comment pourrions-nous porter remède à notre indigence? »  Jean-Paul II – Ecclesia de Eucharistia, N°60

 

 

Première communion des enfants du catéchisme

Communier

Les enfants qui ont le désir de faire leur première communion doivent l’exprimer auprès de leur catéchiste, du prêtre qui les accompagne et de leurs parents.

Le prêtre, après un entretien avec l’enfant, prendra sa décision en accord avec la catéchiste. Ils l’aideront à mûrir son désir et à avancer dans sa vie chrétienne.

Deux dates sont proposées, précédées chacune de quatre réunions et d’une retraite :

  •   9 février
  •  25 mai

Ce calendrier tient compte de la maturité et de la croissance de chaque enfant.

Responsable : Véronique YVES : 01 45 74 63 93

 

Première communion des adolescents 

Elle se prépare à St Ferdinand dans les activités du Moulin de St Ferd, 21 bis rue d’Armaillé 01 40 55 03 75 ou bien dans le cadre de la catéchèse dans les établissements catholiques ou dans le cadre de l’aumônerie pour les établissements publics.

Collège André Malraux, 01 40 55 03 75,  au 21 bis, rue d’Armaillé

Lycée Carnot, 01 42 27 53 09 28 rue Daubigny

Collège Pierre de Ronsard, 01 40 54 95 34 28 rue Daubigny

Elle peut aussi se préparer dans le cadre d’activités de jeunes comme le scoutisme.

 

Première communion des adultes

Il n'y a pas d'âge pour faire sa première communion !

Prendre contact avec le prêtre d’accueil (bureau à droite en entrant dans l’église).

du lundi au samedi de 17h à 19hle mercredi de 19h à 21h.

 

 

Communion et Conversion 

L’heure de Jésus est l’heure l’amour est vainqueur. En d’autres termes : c’est Dieu qui a vaincu, parce qu’il est l’Amour.
 
L’heure de Jésus veut devenir notre heure et elle le deviendra si nous-mêmes, par la célébration de l’Eucharistie, nous nous laissons entraîner dans ce processus de transformations que le Seigneur a en vue. L’Eucharistie doit devenir le centre de notre vie. 
 
Ce n’est ni positivisme ni soif de pouvoir si l’Église nous dit que l’Eucharistie fait partie du dimanche. Au matin de Pâques, les femmes en premier puis les disciples eurent la grâce de voir le Seigneur. Depuis lors ils surent que désormais le premier jour de la semaine, le dimanche, serait son jour à Lui, le jour du Christ. Le jour du commencement de la création devenait le jour du renouvellement de la création. Création et rédemption vont ensemble. C’est pour cela que le dimanche est aussi important. Il est beau qu’aujourd’hui, dans de nombreuses cultures, le dimanche soit un jour libre ou, qu’avec le samedi, il constitue même ce qu’on appelle le “week-end” libre. Ce temps libre, toutefois, demeure vide si Dieu n’y est pas présent
 
Chers amis ! Quelquefois, dans un premier temps, il peut s’avérer plutôt mal commode de devoir prévoir aussi la Messe dans le programme du dimanche. Mais si vous en prenez l’engagement, vous constaterez aussi que c’est précisément ce qui donne le juste centre au temps libre. Ne vous laissez pas dissuader de participer à l’Eucharistie dominicale et aidez aussi les autres à la découvrir. Parce que la joie dont nous avons besoin se dégage d’elle, nous devons assurément apprendre à en comprendre toujours plus la profondeur, nous devons apprendre à l’aimer
 
Engageons-nous en ce senscela en vaut la peine ! Découvrons la profonde richesse de la liturgie de l’Église et sa vraie grandeur : nous ne faisons pas la fête pour nous mais c’est au contraire le Dieu vivant lui-même qui prépare une fête pour nous. En aimant l’Eucharistie vous redécouvrirez aussi le sacrement de la Réconciliation, dans lequel la bonté miséricordieuse de Dieu permet toujours un nouveau commencement à notre vie.

Benoît XVI aux jeunes réunis à Marienfeld
le 21 août 2005