MISSION PAROISSIALE

Samedi 23 decembre de 14h30 a 17h

Mission paroissiale de Noël. Accueil dans l’église, prière… Merci d’inscrire votre disponibilité.

 
PDF Imprimer Envoyer

Histoire de l'église

Index de l'article
Histoire de l'église
Le patronyme de l'Eglise
Le choeur de l'Eglise
Les Curés de la Paroisse
Saint Ferdinand
Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus
Plan des salles
Toutes les pages

ancienne-eglise-stferd

La Révolution entraîne la suppression de la paroisse de Villiers la Garenne dont dépendaient les habitants du hameau des Ternes. Les Ternes sont alors rattachés à Neuilly.

En 1828, le conseil municipal de Neuilly décide d'installer une chapelle au rez-de-chaussée de la propriété de Monsieur de VERZY, maison sise à la villa des Ternes et dont l'ensemble avait été légué en 1827 à la municipalité de Neuilly, à condition d'y installer une chapelle. De la chapelle ne subsiste que le nom donné à une courte impasse. 

L'augmentation de la population est telle qu'il faut, dès 1842, prévoir très rapidement la construction d'une église : pour ce faire, la municipalité de Neuilly achète 20 000 Fr. un terrain appartenant à la famille d'ARMAILLE. Le plan est confié à un architecte protestant Monsieur LEQUEUX. Par un acte du 4 mars 1847, "Denis Auguste AFFRE par la miséricorde divine et la grâce du Saint-Siège apostolique, Archevêque de Paris, ordonne ce qui suit" : l'église des Ternes est érigée en succursale et aura pour vocable "Saint Ferdinand". 
Le 25 mars 1847, Monseigneur AFFRE bénit et inaugure l'église Saint Ferdinand-des-Ternes. 

Dix ans à peine après son inauguration, l'église se révèle déjà trop petite. Le 15 octobre 1856, la municipalité de Neuilly achète à Monsieur le Comte d'ARMAILLE "un grand terrain situé aux Ternes ayant une contenance superficielle de 2 249 m² 7 cm, moyennant un prix principal de 53 000 Fr.". Ainsi sur ce terrain l'église pourra-t-elle s'agrandir.

23 Juillet 1857 : bénédiction de quatre cloches par Monseigneur MORLOT, archevêque de Paris. 

Pendant les mois d'avril et mai 1871, le quartier subit les assauts de "la Commune" : beaucoup d'immeubles sont détruits, rue d'Armaillé et avenue de la Grande Armée...

En 1872, Monsieur l'abbé JOIRON, curé de Saint Ferdinand, confie les travaux d'agrandissement de l'église aux architectes BREY et VANDREMER. Travaux d'agrandissement bénis et inaugurés en 1878 par Son Eminence le Cardinal GUIBERT, archevêque de Paris.